Home / Games / Avis – Marvel’s Spider-Man 2

Avis – Marvel’s Spider-Man 2

Conditions de test : Ce test a été réalisé sur PlayStation 5 avec un code éditeur. Spider-Man 2 propose plusieurs options graphiques afin de répondre au mieux au confort visuel de chacun. Pour ce test, le mode graphique fidélité, HDR activé, VRR stable et affichage 120 Hz sur automatique ont été choisis pour avoir le meilleur résultat à l’écran et environ 40 images par seconde. Avec ces options, notre aventure fut très fluide et stable. Du grand art.

C’est toujours un événement, la sortie d’un nouveau produit autour de la licence Spider-Man, en particulier aux États-Unis. Sony l’a très bien compris et surfe sur l’hype généré autour et avec le soutien de son studio Insomniac pour nous proposer l’un des meilleurs, voir le meilleur, jeux d’action de super héros en monde ouvert. Depuis la PlayStation 4, le studio a démontré l’étendu de ses capacités pour adapter aux mieux l’araignée sympa du quartier sur nos machines. Même Marvel n’arrête pas de féliciter le travail fourni par l’équipe de développement. 

Un an après les aventures de Miles Morales (si vous n’avez pas fait le spin-off ou le premier Spider-Man, pas grave, un récapitulatif est disponible), nos deux araignées poursuivent une vie plutôt paisible, rythmée par vie privée et vie de super héros en tissant leur toile sur les différents crimes qui court les rues de New-York. D’un côté, Peter gère la mort de sa tante May, et de l’autre l’entrée universitaire pour Miles. Mais c’est sans compter sur l’arrivée d’un nouveau super vilain en ville. Kraven, pour le citer, est en quête d’une chasse ultime, pour son plaisir. En manque de proie, il jette son dévolu sur New-York et capture certain super vilains de Spider-Man pour en faire sa marionnette. De plus, le retour de Harry Osborn, va marquer un tournant dans l’aventure de nos héros, en particulier de celui de Peter et apporter dans son ombre, la mise en place du symbiote, attendu par tous les fans du Spider Verse.

C’est dans ce contexte que nous retrouvons nos deux héros, car oui pour cet opus, Insomniac permet de jongler entre les deux protagonistes dans un New-York retravaillé, un peu plus grand parce que cette fois, c’est 14 quartiers de la Big Apple qui sont représentés. Plus vivant, plus détaillé, la ville ne sera jamais aussi immersive et remplie de vie. Un monde construit autour d’un lore très riche et omniprésent. Un vrai régal de se balader et de réaliser, en plus de l’intrigue principale, les différentes activités et/ou quêtes annexes. Alors ici pas de grandes évolutions par rapport au précédent titre, mais ce qui fait la différence réside vraiment dans la mise en place des différentes activités et des récits secondaires en fonction de nos araignées. De ce fait, certaines missions obligeront à jouer tel ou tel personnage ou les deux. Tout dépendra de l’activité. Ce choix est réellement fait pour accentuer le lore et offrir une narration plus marquante, plus intimiste et permettre de développer les deux univers. Un réel plus sur l’écriture de ce Spider-Man. Mais que dire de la mise en scène époustouflante tout au long de l’aventure, rien que les 15 premières minutes nous laissent sans voix. Un réel régal qui n’a absolument pas à rougir face aux grands blockbusters hollywoodiens, du grand art. En règle générale, les développeurs se lâchent dans l’introduction et sur le combat final, mais là, c’est absolument toute l’aventure qui offre un niveau intense niveau mise en scène, alors oui, les deux premiers (Spider-Man et le DLC stand Alone sur Miles Morales) proposaient déjà une mise en scène de haut vol, mais là, nous sommes sans difficulté un cran au-dessus. Bref, pour vraiment profiter au maximum de cet opus, faire les activités secondaires en plus de l’intrigue est vraiment important. De plus, en termes de durée de vie, nous sommes dans la même fourchette que le premier opus, à savoir une vingtaine d’heures et un peu plus pour la complétion à 100 %.

Malheureusement, l’histoire nous laisse une nouvelle fois sur notre faim et l’intrigue semble entrevoir un troisième épisode ou un autre DLC, bref de quoi frustrer connaissant l’attente entre chaque sortie.

Côté gameplay, une nouvelle fois, il ne faut pas s’attendre à un bouleversement, mais à quelques ajouts ci et là. On garde ce gameplay très nerveux mêlant attaques, pouvoirs, et gadgets, mais également le timing afin d’esquiver et de contre-attaquer, à la manière d’un Batman Arkham. L’ajout majeur réside dans la mise en place d’une parade et de la mécanique de parade parfaite qui permet d’étourdir ou désarmer son adversaire et le laisser à notre merci. De plus, cet opus met bien l’accent sur la différence entre les deux Spider-Man, pouvoir électriques d’un côté et plus massif et puissance brute de l’autre avec l’arrivée du symbiote. De quoi offrir, sans être une différence extraordinaire, une approche différente, mais surtout un plaisir coupable avec les capacités de Venom. Pour le reste, on garde toujours les mêmes mécaniques d’évolution basée sur l’expérience et les niveaux gagnés pour débloquer de nouvelles capacités. Il en va de même pour débloquer et faire évoluer nos gadgets, nos costumes, grâce aux pièces High-Tech et divers jetons gagnés en réaliser les différentes activités annexes. On note l’arrivée des deltas toiles afin de planer et ainsi combler la problématique de l’absence de building dans le but d’accrocher nos toiles pour se balancer dans les airs.
 

Bref, une nouvelle fois, on garde une proposition en monde ouvert connu et classique, mais qui donne toujours l’envie d’y retourner et offre toujours ses phases d’infiltrations, d’exploration, mais également quelques enquêtes sous forme de mini-jeu, une nouvelle fois, à la manière d’un Batman Arkham. En résumé, un condensé de bonne idée qui ne cesse de nous tenir en haleine et d’offrir un titre complet. 

On note une nouvelle fois, et c’est un peu le cheval de bataille des différents studios actuellement, l’arrivée des options d’accessibilités afin que tout le monde puisse profiter de son jeu dans les meilleures conditions. Spider-Man 2 fait honneur à ce combat.

On termine sur la technique de ce Spider-Man et honnêtement le titre offre une expérience très solide. Pour un monde ouvert, nous sommes clairement dans le haut du panier et on ressent enfin l’abandon des machines précédentes, afin d’offrir, et ce, encore une fois, grâce au SSD magique, tel qu’il est présenté par Sony et Insomniac, quelque chose de stable et agréable à l’œil, mais également manette en main avec l’utilisation sans abus du Dual Sense. La mise en avant des voyages rapides sans chargement montre bien qu’on a franchi un nouveau cap. Un vrai régal.

Particulièrement attendu, il est difficile de se tromper lorsqu’on décide de se lancer dans l’aventure proposé par ce Spider-Man. Plus spectaculaire, plus intense, plus explosif, avec une technique impressionnante, le titre plaira sans effort aux fans comme aux curieux. Un réel coup de cœur de notre côté pour cette fin d’année. L’attente sera longue pour la suite.

A propos cedric

Voir aussi...

L’émulateur de jeux rétro UTM SE débarque sur l’App Store Apple

Un pas de géant a été franchi dans le monde des émulateurs. Pour la première …

Du gameplay pour Takeda Takahashi, le prochain Kombattant à rejoindre Mortal Kombat 1

un nouveau trailer de Mortal Kombat 1 mettant en avant Takeda Takahashi, le tout dernier Kombattant disponible dans la prochaine …

Avis – GMKtek NucBox G3 Mini PC

Le GMKtec NucBox G3 est définitivement proposé à un prix attractif pour les utilisateurs débutants, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *