Home / Games / Avis – Like A Dragon : Ishin

Avis – Like A Dragon : Ishin

Difficile d’être passé à côté du phénomène Yakuza ces dernières années. La licence créée par Ryu Ga Gotoku et éditée par Sega à su s’imposer à travers le monde comme référence de jeu de gang japonais, bien que nous avons toujours plus ou moins été boudé par le studio pour son manque de localisation en Europe. Il a fallu attendre Judgment le premier spin-off de la franchise pour enfin, avoir une traduction française officielle, mais cela n’a pas empêché au plus téméraire de faire les précédents épisodes et de créer une forte communauté autour des Yakuza.

Mais il eut un épisode qui n’a jamais franchi nos frontières, à savoir Like A Dragon, sortie en 2014 sur PlayStation 3-4, épisode qui retrace la fin des samouraïs à l’époque Edo. Pour l’occasion ce remaster sobrement intitulé Ishin débarque chez nous et propose de (re) vivre cette épisode particulièrement apprécié le tout en VOSTFR!

Avant propos : Like A Dragon : Ishin à été testé sur PlayStation 5. Ici aucun mode graphique pour profiter ou non des capacités des consoles de dernières génération. Le titre tourne directement en 4k et 60 images par seconde stable. Seule option pouvant être activée est un mode cinéma donnant ainsi un visuel dramatique des productions japonaises de l’époque.

Alors non Like A Dragon n’est ni la suite ou le préquel de Yakuza Like A Dragon, à vrai dire ils n’ont aucun lien entre eux. Cet opus est vraiment un spin off des premiers Yakuza et est sorti à l’époque forte de la franchise. De ce fait et comme il est courant dans la licence, on retrouve les grosses têtes de la licence principale. Histoire de ne pas dépayser les habitués.

Like A Dragon : Ishin, nous transporte dans les années 1860 à la fin de la période Edo (Tokyo). On y incarne Ryoma Sakamoto qui, à son retour à Tosa, sa région natale, va être le témoin de l’inégalité de classe qui règne en maître sur tout le Japon. Justicier malgré lui, Ryoma va partir en quête de vengeance afin de retrouver l’assassin de son maître ( père adoptif ) et ainsi infléchir le cours de l’histoire et précipiter la fin de l’ère des samouraïs.

Bien entendu les Yakuza n’ont jamais eu la prétention d’être des jeux traitant l’histoire, la narration  particulièrement riche en termes de récit, de rebondissements, des personnages charismatiques et autres trahisons ainsi qu’une mise en scène au petit oignons restent de la pure fiction mais l’intrigue se déroule bien dans une époque décisive dans l’évolution du Japon. Les habitués connaissent la qualité des développeurs et retrouvent sans problème leurs marques. Ici le travail du studio est tel qu’on garde les références historiques et on se plonge rapidement dans l’univers grâce notamment à l’ambiance et les références architecturales très marquées.

Pour ce remake Ryu Ga Gotoku à migrer son jeu et utiliser Unreal Engine 4 afin de proposer une mise à jour graphique de son titre de 2014. Si l’intention est bien présente, le résultat est loin d’être glorieux. Alors attention la franchise à toujours été avant-gardiste sur plusieurs point et Ishin garde clairement cette Héritage. Mais globalement le titre est assez loin des standards actuels tout en gardant sa structure technique de 2014. Le constat est le même niveau gameplay qui reste celui de l’original, on est pas sur la dynamique impulsée avec Judgment et un petit travail à ce niveau n’aurait pas été une perte de temps. On retrouve tout de même des phases de combats de beat em up plaisantes avec cette possibilité d’avoir 4 postures de combats. Bagarreur, à main nu, bretteur, katana ou odachi, tireur, arme à feu et danseur endiablé, katana plus arme à feu. Posture qu’il est possible de changer à tout moment lors des combats. Le petit plus vient du système d’escouades, un système de carte qui vient booster en apportant divers bonus à chaque style de combat. Une gestion de plus qui peut faire la différence.

Pour le reste Like A Dragon : Ishin propose comme les autres titres de la franchise, un contenu conséquent avec tout un tas d’activités annexes, avec des histoires secondaires, des mini-jeux comme l’incontournable karaoke, les matchs d’arène, des jeux d’argents, de l’entraînement afin de maîtriser de nouvelle technique. Sans compter le remplissage du carnet de diligence qui reprend chacune de vos activités. 

Difficile de ne pas conseiller cette opus de la franchise des Like A Dragon, tant c’est la première fois qu’il arrive chez nous et vient enfin compléter la saga qui plus en VOSTFR que par son côté inédit en traitant un sujet aimer la communauté avec toutes les qualités d’un Yakuza. On reproche tout de même les lacunes techniques laissées par les développeurs même si le plaisir de jeu est toujours présent. Le point le plus important !

Testé sur le téléviseur C835 TCL 4K Mini LED 65 pouces

A propos cedric

Voir aussi...

Kingdom Come: Deliverance II arrivera en 2024

Kingdom Come: Deliverance II est une véritable suite du premier opus, bien que son écriture et son …

Présentation du nouvel archétype, le Convocateur du second DLC de Remnant II

Bonus principal : Visionnaire – Permet aux joueurs de repousser les limites de leurs talents en accordant …

F1 24 présente ses principales nouveautés

Lancé plus tôt que les années précédentes, le jeu est prévu pour ​ le 31 mai …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *