Home / Techno / Appareils photo / Test du premier hybride de Canon, l’EOS M

Test du premier hybride de Canon, l’EOS M

Arrivant après la bataille des compacts à objectifs interchangeables ou hybrides, Sony, Nikon et Olympus s’étant déjà partagé le gâteau de ce nouveau segment créé dans la photo numérique, Canon arrive tout tranquillement avec sa solution, le EOS M. Mieux vaut tard que jamais…

canon_eos_m-11388132

[tab:Test]

Reflex, mais pas trop. Compact, mais plus vraiment...

eos-m-001Ceux qui ne se sont pas laissés séduire par les NEX de Sony, Nikon 1 et autre Pen de chez Olympus attendaient peut-être la réplique des rouges. Avec le EOS M, c’est bien la même frange de consommateurs que vise Canon. Des amateurs de photo qui en veulent plus qu’avec un compact, mais qui ne souhaitent pas passer au « vrai » reflex, ne pouvant ou ne voulant se priver de toutes les facilités d’utilisation des compacts. Le premier contact avec l’EOS M est séduisant. Séduisant parce que la qualité de fabrication est flatteuse, les matériaux chaleureux et l’assemblage impeccable. Et c’est valable tant pour le boîtier que pour l’objectif 18-55 mm du kit livré pour le test. D’ailleurs, le packaging ne s’arrête pas là, puisque pour les quatre variantes de coloris disponibles, noir, blanc, rouge et argent, les 2 kits (un 55mm f/2 ou un 18-55mm f/3,5-5,6) comprennent également un flash externe Speedlite 90EX, se montant sur la griffe porte-accessoires à la norme ISO. Autant dire que d’une fois le 18-55 et le Speedlite 90EX montés (ce dernier reçoit 2 accus ou piles AAA), l’ensemble n’est plus si compact que cela, et l’on se retrouve avec un appareil d’un encombrement proche de celui d’un reflex d’entrée de gamme. La prise en main est bonne, mais il ne faut cependant pas s’attendre à une préhension exceptionnelle, à l’image de ce que fait la concurrence dans le domaine. C’est bien un boîtier de compact sur lequel Canon a greffé un grip en caoutchouc sur l’avant ainsi qu’à la hauteur du pouce droit, tandis que le balancement se fait naturellement en tenant l’objectif de la main gauche. Mais la grande nouveauté, pour Canon, c’est l’introduction du format « mirrorless » à objectif interchangeable, sans oublier un nouveau type d’optiques à montures EF-M. Pas de panique cependant, un adapteur, permettant d’utiliser les focales EF et EF-S est disponible, pour environ CHF 150.-, ce qui s’avère un sérieux plus pour ceux qui sont déjà équipés en objectifs Canon.

Au dos de l’appareil, on retrouve une disposition des commandes issue des compacts, très dépouillée, alors que l’écran fixe mais tactile, en occupe la plus large partie, avec ses 3 pouces de diagonale. Enfin, on retrouve sur le côté gauche une sortie HDMI, un A/V Out digital ainsi qu’un bienvenu port d’entrée mini-jack pour y connecter un micro externe.

Power on

Passé la prise en main du boîtier, une seule envie se fait pressante : découvrir ce dont le capteur de 18 Mpixls APS-C CMOS est capable, tant en photo qu’en vidéo. D’autant que l’AF à 31 points est alléchant, permettant de prendre 4,3 images en mode focale fixe ou 1,7 i/s avec un suivi autofocus continu. Le mode vidéo est bien de la partie, en 1080 à 30 et 24 i/s ou 720 60 et 50 i/s, ou encore 640 x 480 en 30 ou 25 i/s. Pour naviguer entre les modes de prises d’images, la bague entourant le déclencheur peut se régler sur tout automatique, normal ou vidéo. Ce dernier mode s’utilise par le biais d’une bouton d’enregistrement dédié, proche de la zone ou prend place naturellement le pouce droit. Pour le reste, il faut passer par l’écran tactile ou un bouton 5 fonctions, permettant de naviguer dans les menus, les images prises, régler directement le mode d’obturation, ou encore la compensation de l’exposition. Par contre, il faut se faire à l’utilisation de l’écran tactile, qui s’avère de plus obligatoire, tout n’étant pas accessible par les touches physiques. L’interface, mélange entre celle des DSLR et des compacts, ne tire pas forcément le meilleur parti de la combinaison des touches. Quelle logique, par exemple, dans la nécessité de basculer en position vidéo pour filmer, via la bague du déclencheur, pour ensuite presser le bouton justement dédié à l’enregistrement vidéo? Certains choix ergonomiques sont discutables. Un mode scène, ou un réglage autre aurait très bien pu prendre place sur cette bague. De plus, si les options sont rangées différemment relativement aux modes de prises de vues, suivant une certaine logique de simplification, cette organisation différente est source de confusion. Mais on s’y fait.

20120723_hiRes_speedlite90ex_camera

Qualité d’image

Heureusement, la bonne surprise, qui n’en est qu’à moitié une, vient de la qualité des clichés pris, même en basse lumière, le EOS M rendant des images très propres jusqu’à 1600 ISO, convenables à 3200 et encore exploitables à 6400. Pour la suite, vu que l’appareil grimpe à 25’600, cela reste plus un argument technique qu’autre chose, d’autant que dépasser les 6400 ISO, même en très basse lumière, avec le 18-55 mm ouvrant de f/3.5 à f/5.6, n’a pas été nécessaire en mode automatique durant nos tests. Les images sont impeccables, et la mise au point en conditions difficiles fait autant bien que bon nombre de reflex de moyen de gamme, si ce n’est mieux. Les couleurs sont justes, le bruit toujours contenu, et l’objectif du kit ne relevait pas de distorsions notables, tout au plus un peu de barillet. Par contre, la vitesse de mise au point n’est pas au top. Peu gênant en mode photo, ce manque de réactivité est rédhibitoire en mode vidéo automatique lors du suivi de sujets en mouvement. Canon a encore du chemin à parcourir pour atteindre l’efficacité des NEX dans le domaine. Par contre, d’une fois la mise au point réalisée, l’image est superbe, et la prise de son interne plus que correcte, même dans un environnement un peu bruyant. Néanmoins, il serait dommage de se passer d’un micro externe pour profiter de la possibilité offerte par la fiche micro de bénéficier d’un son optimal.

Un premier pas probant…

canon-eos-m-ef-eos-m-adapter-03
Monté avec un objectif EF-S via la bague d’adaptation…

Pour un premier modèle dans ce segment des compacts à objectifs interchangeables, le EOS M est séduisant, distillant une qualité d’image qui peut faire pâlir certains reflex d’entrée/moyen de gamme. Mais son interface à l’ergonomie mi-figue mi-raisin et son autofocus trop lent pour assurer une mode vidéo automatique satisfaisant le handicapent un peu face à la concurrence. D’autant qu’il n’a pas les excellents viseurs optiques des concurrents et que les nouveaux objectifs M ne sont pas donnés, tout comme l’appareil lui-même. Cependant, pour ceux qui disposent déjà d’un parc d’objectifs EF ou EF-S, l’adaptateur permettant de les utiliser peut s’avérer un véritable argument. Pour les autres, le EOS-M s’avèrera certainement plus un appareil que l’on choisira sur un coup de coeur. Il ne mettra certainement pas en danger les beaux jours de la famille DSLR de Canon de si tôt, même si on on peut le considérer comme un EOS 650D miniature…

Disponible en kit 18-55 mm à partir de CHF 829.- (toppreise.ch)

+ Qualité d’image même en basses lumières, possibilité d’utiliser les objectifs EF et F-S via une adaptateur
Ergonomie de l’interface, vitesse de l’AF

Eric Rivera

[tab:Fiche Technique]

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Monture (baïonnette) Canon EF-M
Type de stabilisation Optique & numérique
Flash intégré Non
Griffe pour flash externe Oui
Type d’autofocus Détection de contraste
Tropicalisation Non
Grip disponible Non

CAPTEUR

Format de capteur APS-C
Définition du capteur 18 Mpixels
Type de capteur CMOS
Sensibilité ISO min 100
Sensibilité ISO max 6400
Sensibilité ISO max étendue 25600
Définition capteur largeur en pixels 5184
Définition capteur hauteur en pixels 3456
Ratio de l’image 3/2

IMAGE & EXPOSITION

Temps de pose min (en secondes) 1/4000
Temps de pose max (en secondes) infini
Modes d’exposition Automatique, manuelle et modes scènes
Balance des blancs Auto, pré réglée et manuelle
Type de mise au point Autofocus, fixe et manuelle
Espaces chromatiques sRVB & Adobe RVB
Gestion du RAW Oui
Extension RAW CR2
Rafale max. en JPEG (img/s) 4
Rafale max. en RAW (img/s) 4

ECRAN ET VISEUR

Ecran (diagonale en cm) 7
Définition de l’écran (en pixels) 1 040 000
Viseur Aucun
Ecran débrayable Non
Ecran orientable Non
Ecran tactile Oui
Technologie de la dalle d’écran TFT

MÉMOIRE & ALIMENTATION

Type de carte mémoire / Port 1 SD, SDHC & SDXC
Batterie et chargeur fourni Oui
Utilisation de piles standards Non
Référence de la batterie LP-E12
Autonomie de la batterie (norme CIPA) 230

FONCTIONNALITÉS

Photo 3D Non
Vidéo 3D Non
Panorama par balayage Non
HDR (High Dynamic Range) Non
Modes créatifs Oui
Pilotage à distance Non

VIDÉO

Définition vidéo 1920 x 1080 pixels
Prise du son Oui
Nombre d’images par secondes 30
Sortie vidéo Oui
Microphone intégré Stéréo
Microphone externe Prise jack

ENTRÉES SORTIES

Interface ordinateur USB 2.0
Impression directe PictBridge
Support du Wi-Fi Non

DIMENSIONS & POIDS

Dimension largeur (en mm) 109
Dimension hauteur (en mm) 67
Dimension profondeur (en mm) 32
Poids avec batterie, carte, optique (g) 298

[tab:END]

A propos rivera

Voir aussi...

Sony présente les LinkBuds S, le nouveau modèle de la série LinkBuds

High-Res, sans fil et à réduction de bruit, ces écouteurs sont aussi les plus petits …

Avis – Huawei Watch GT 3 Pro

Huawei nous a permis de mettre la main en avant-première sur sa smartwatch Watch GT …

Le nouveau Xperia 1 IV de Sony est un véritable concentré technologique pour les créateurs de contenus avec le premier véritable objectif à zoom optique[i] au monde

Ce nouveau smartphone embarque les fonctionnalités vidéo et photo les plus avancées jamais proposées à ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code