Home / Android / Avis – Sony Xperia 1 VI

Avis – Sony Xperia 1 VI

Les générations précédentes du Xperia 1 ont eu de la peine à trouver leur public. Avec cette nouvelle version, Sony s’adresse toujours aux férus de photo et apporte son lot d’améliorations bienvenues.

Dans la série 1 du Xperia, les modes manuels de l’appareil photo, les applications et fonctionnalités conviviales pour les créateurs, longtemps abandonnées par le reste du monde des téléphones, ont toujours distingué chaque nouveau modèle phare de la meilleure manière possible. Le Xperia 1 VI abandonne quelques aspects qui rendaient ses prédécesseurs uniques, mais pourrait ainsi toucher un public beaucoup plus large. Le format d’affichage 21:9 a disparu, tout comme la résolution 4K – qui n’était de toute façon qu’un argument de la fiche technique plutôt qu’un indispensable. Sony a également ajouté plus de photographie computationnelle pour aider les photographes amateurs à tirer le meilleur parti de son trio de lentilles arrière. C’est un véritable modèle phare dans tous les autres domaines, avec la dernière puce Snapdragon et une batterie robuste. Sony a-t-il fait assez pour convaincre les acheteurs qui ne sont pas déjà des convertis de la gamme Xperia ?

Le Xperia 1 VI suit les normes bien établies de Sony : du verre plat à l’avant, des lignes rainurées sur les quatre côtés pour une meilleure prise en main, et un panneau arrière texturé avec des micro-points. Les couleurs (Noir, Vert Kaki et Argent Platine) sont reprises de la génération précédente. Et serait-ce vraiment un Xperia 1 sans port casque de 3,5 mm, ou un bouton de déclenchement physique pour l’appareil photo ? Certainement pas.

Bien sûr, il y a les certifications IP65 et IP68, donc la pluie et la poussière ne sont pas un problème. Le Gorilla Glass Victus 2 protège l’écran et il y a du verre Victus ordinaire à l’arrière. Samsung a encore le monopole du Gorilla Armor antireflet, du moins pour l’instant.

À l’avant, les bordures d’écran supérieures et inférieures sont plus épaisses que la plupart – mais c’est uniquement pour faire de la place aux haut-parleurs stéréo orientés vers l’avant. Cela signifie également que la caméra selfie n’a pas à être dans une encoche ou un trou, laissant ainsi l’écran OLED de 6,7 pouces complètement dégagé.

Sony a bien fait de garder les caméras arrière près du corps du téléphone, avec juste une légère protubérance. C’est un changement rafraîchissant par rapport aux modules de caméra de plus en plus grands observés chez les concurrents comme le Xiaomi 14 Ultra. On apprécie la facilité avec laquelle il se glisse dans une poche, avec seulement 8,2 mm d’épaisseur. Ce n’est pas non plus un appareil lourd, pesant 192 g – c’est plus léger qu’un Galaxy S24+. Même avec l’écran plus large, aucun problème pour atteindre le bouton d’alimentation avec lecteur d’empreintes digitales, tout comme avec le modèle précédent. Il est tout aussi réactif, et intelligemment placé à mi-hauteur du côté droit pour être accessible aussi bien aux gauchers qu’aux droitiers. Le tiroir SIM sans outil est toujours aussi pratique et peut encore accueillir une carte microSD ; pratique si vous remplissez les 256 Go de stockage intégré, et une particularité qui distingue Sony de presque tous les autres modèles phares de 2024.

L’insistance de Sony sur les écrans plats à travers les générations Xperia 1 a fait son chemin, alors que le reste du monde des téléphones se détourne des panneaux à bords courbés. La grande nouveauté est le passage à un format d’image de 19,5:9, et la réduction de la résolution de 4K à FHD+. Des changements fort appréciables.

Autant un écran 21:9 rendait les précédents Xperia 1 faciles à tenir, autant il n’y avait tout simplement pas assez de contenu au format cinéma pour en justifier l’intérêt. On préfère largement avoir moins de barres noires en regardant YouTube. Et la 4K ? Seules quelques applications pouvaient réellement afficher du contenu à cette résolution. L’écran de 6,5 pouces, 2340×1080 utilisé ici est toujours merveilleusement net et détaillé à distance de bras, et résiste bien à une inspection plus rapprochée. Bien sûr, un écran 2,5K aurait mieux correspondu aux grands noms de l’affichage comme le Pixel 8 Pro et le Galaxy S24 Ultra, mais cela signifie que la puce n’a pas à travailler autant en jouant.

Encore mieux, Sony a enfin pu ajouter un taux de rafraîchissement adaptatif de 1 à 120 Hz, ce qui équilibre la fluidité des mouvements et l’autonomie de la batterie mieux que n’importe quel modèle précédent. Les précédents Xperia 1 vous obligeaient à choisir entre 60 Hz ou 120 Hz, donc c’est un grand pas en avant.

La luminosité a également été considérablement augmentée, avec un mode Sunlight Vision promettant une augmentation de 50 % par rapport au modèle précédent lors des sorties à l’extérieur. Sony ne donne pas de chiffres précis, mais à l’usage, cela reste probant.

À tous les autres égards, l’affichage est superbe, avec un contraste, des couleurs et une clarté impeccables grâce au traitement d’image Bravia. Les niveaux de noir sont pratiquement parfaits, les angles de vision sont excellents, et les tons de couleur sont très naturels.

Le Xperia 1 VI ne déçoit pas non plus sur le plan sonore. Les haut-parleurs orientés vers l’avant restent sacrés dans l’univers Sony, produisant un son stéréo équilibré que les concurrents avec des haut-parleurs principaux orientés vers le bas ne peuvent tout simplement pas égaler. Le volume a été augmenté par rapport à la génération précédente, mais pas au point de rendre les chansons désagréables ou agressives lorsqu’on le monte. Certains concurrents sont encore plus bruyants, mais n’ont pas la tonalité du Sony. Le port casque de 3,5 mm fait bien sûr son retour, et le Xperia est sans doute encore plus attrayant pour les joueurs.

Les téléphones Sony ont longtemps été destinés aux fans de photographie, avec certains des meilleurs contrôles manuels du secteur – bien que cela se soit souvent fait au détriment de la capacité à prendre des photos en mode automatique. Avoir plusieurs applications de caméra ne faisait qu’ajouter à la confusion, donc cette fois-ci il n’y en a qu’une seule. Il y a toujours un mode Pro qui emprunte des réglages à la série Alpha de Sony, sauf que maintenant il est intégré dans l’application principale de la caméra, au lieu d’être sur l’écran d’accueil.

En termes de matériel, le Xperia 1 VI est un perfectionnement de l’effort de l’année dernière, plutôt qu’une toute nouvelle configuration. Il y a toujours un capteur principal Exmor T pour Mobile, avec une conception CMOS empilée pour une meilleure performance en basse lumière. 48 MP de ses 52 MP de pixels totaux sont disponibles pour la prise de vue. Les photos sont généralement fusionnées en 12 MP, mais il y a maintenant une option de prise de vue en pleine résolution si vous voulez maximiser les détails. Le capteur est suffisamment grand pour obtenir un bokeh naturel convaincant sur des sujets rapprochés sans avoir à recourir au mode portrait.

L’objectif ultra grand-angle de 12 MP est en grande partie inchangé par rapport au téléphone précédent, sauf qu’il bénéficie de nouvelles capacités de mise au point macro. La plus grande amélioration concerne le zoom téléobjectif continu, qui se rapproche encore plus des sujets sans avoir besoin de traitement numérique. Il passe maintenant de 3,5x à f/2.3 (85 mm ) à 7,1x à f/3.5 (ou 170 mm). C’est une amélioration bienvenue par rapport au maximum de 5,2x du Xperia 1 V, et plus que ce que vous obtiendrez avec un Pixel 8 Pro ou un Galaxy S24 Ultra. Sony a également été réaliste avec son zoom numérique. Le Xperia 1 VI atteint un maximum de 21x, ce qui est beaucoup plus utilisable que les 100x ou plus offerts par certains téléphones. La qualité des images de jour du capteur principal est phénoménale, et facilement au niveau de tout rival actuel. Il y a des niveaux exceptionnels de détail dans chaque cadre, et pratiquement aucun bruit. Sony a ajusté ses algorithmes HDR cette année, permettant des hautes lumières plus brillantes avec les détails d’ombre distinctifs de la marque. Le traitement de l’image en général a fait un bond en avant en mode automatique.

Sony propose une poignée d’applications propriétaires, nouvelles et anciennes, principalement destinées aux créateurs. Tout le reste est laissé aux applications par défaut de Google. Video Creator, Music Pro et External Monitor ne seront utiles qu’aux créateurs, et l’application Headphones est inutile si vous ne possédez pas une paire d’écouteurs ou de casques sans fil Sony (qui sont, il faut le dire, excellents). Au moins, elles peuvent en grande partie être désinstallées si vous ne les voulez pas.

Tout cela repose sur Android 14, avec la promesse de Sony de trois générations d’Android et quatre ans de mises à jour de sécurité. C’est une bonne performance, bien que loin derrière des marques comme Samsung et Google ; si vous souhaitez garder votre appareil pendant cinq ans ou plus, un Pixel ou un Galaxy restent de meilleurs investissements.

Ce que vous ne trouverez pas ici ? Aucune innovation impressionnante en matière d’IA. Certains verront cela comme une bouffée d’air frais ; d’autres penseront que Sony a manqué une occasion par rapport au Pixel 8 Pro et à la série Samsung Galaxy S24. Sony a en grande partie résolu ses problèmes historiques de surchauffe avec le Xperia 1 V de l’année dernière ; le VI les élimine véritablement grâce à un système de refroidissement par chambre à vapeur qui assure des performances impeccables du Snapdragon 8 Gen 3 en utilisation quotidienne. Il est plus facile de dissiper la chaleur dans un téléphone qui n’a plus des dimensions ultra-fines, d’autant plus que le chipset est également plus efficace.

Quoi qu’il en soit, des scores de 2196 et 6653 aux benchmarks single-core et multi-core de Geekbench 6 le placent parmi les autres appareils phares de 2024. On peut exécuter deux applications en écran partagé sans ralentissement et Android en général semblait très fluide. 12 Go de RAM deviennent rapidement la norme pour les appareils phares, mais ici, cela permettait de garder de nombreuses applications en mémoire sans avoir besoin de les recharger.

Encore mieux, il a géré une demi-heure d’enregistrement vidéo 4K sans afficher aucun avertissement de température, et pouvait supporter de longues sessions de jeu sans voir les taux de rafraîchissement chuter. Même les titres exigeants comme Call of Duty Warzone Mobile se règlent par défaut sur des paramètres élevés et gèrent confortablement 60 fps pendant les moments intenses.

Sony continue de rester fidèle à ses habitudes en matière de batterie, avec une cellule de 5000 mAh qui peut se recharger à 30W via USB-C ou 15W sur un tapis de recharge sans fil Qi. Un Galaxy S24 Ultra est plus rapide, mais les deux restent loin derrière ce que des rivaux chinois. Une recharge à 50% prend environ une demi-heure ; une charge complète nécessite une heure et demie. En supposant que vous ayez un bloc d’alimentation de 30W qui traîne quelque part, bien sûr – vous n’en trouverez pas dans la boîte.

Sony estime que le Xperia 1 VI peut gérer jusqu’à 36 heures de lecture vidéo locale ; nous n’avons pas constaté une telle longévité, mais deux jours d’utilisation, si vous êtes raisonnable, ne sont pas hors de portée. Au lieu de s’obstiner à faire cavalier seul comme par le passé, le Xperia 1 VI semble être une version plus conformiste de la formule phare de Sony. Le ratio d’écran, la résolution et le taux de rafraîchissement sont plus en ligne avec le reste du monde des téléphones, tout comme le traitement photo plus automatisé. Il n’y a plus de multiples applications de caméra manuelle pour submerger les photographes moins expérimentés.

Il a toujours fière allure, possède toutes les fonctionnalités préférées des fans et offre une excellente autonomie. Les performances sont facilement à la hauteur des rivaux haut de gamme, et ces haut-parleurs stéréo sont un régal pour les oreilles. L’ensemble fait de ce téléphone notre nouveau favori pour le jeu ; peu d’autres appareils peuvent rivaliser dans le domaine.

Signalons encore que les concurrents promettent un support logiciel à plus long terme, et le prix de plus de CHF 1200 signifie que les acheteurs indifférents aux marques ne seront peut-être pas totalement convaincus quand un Galaxy S24 Ultra coûte moins cher, mais les fans de Sony devraient absolument envisager de passer à un modèle aussi efficace que ce Xperia 1 VI surtout s’ils utilisent régulièrement l’application Pro Video. Dans tous les cas, pour ceux qui aiment les smartphones de Sony, le Xperia 1 VI est vraiment un excellent smartphone qui brille en se voulant équilibré, puissant et endurant. Un must.

A propos rivera

Rédacteur en chef et journaliste RP, ma passion pour les jeux vidéo et la technologie ne faiblit pas depuis mon adolescence, qui me semble pourtant bien lointaine. Un recul cependant intéressant, puisqu'il me permet de jauger les nouveautés avec un regard plein d'expérience, couplé à une envie d'écrire de tous les jours.

Voir aussi...

L’émulateur de jeux rétro UTM SE débarque sur l’App Store Apple

Un pas de géant a été franchi dans le monde des émulateurs. Pour la première …

Du gameplay pour Takeda Takahashi, le prochain Kombattant à rejoindre Mortal Kombat 1

un nouveau trailer de Mortal Kombat 1 mettant en avant Takeda Takahashi, le tout dernier Kombattant disponible dans la prochaine …

Avis – GMKtek NucBox G3 Mini PC

Le GMKtec NucBox G3 est définitivement proposé à un prix attractif pour les utilisateurs débutants, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *