Home / Games / Radiant Silvergun XBLA

Radiant Silvergun XBLA

Sorti un mois de juillet 1998 sur la défunte et mal aimée Sega Saturn alors que son géniteur l’avait déjà plus ou moins lâchée pour se concentrer sur la Dreamcast, Radiant Silvergun était arrivé tel le chant du cygne d’une console qui n’en avait plus pour longtemps.note-45-x360
[tab:Review] Référence même du shoot’em up austère et calibré pour un public de fanatiques, dont les développeurs eux-mêmes faisaient vraisemblablement partie, il était jusqu’ici réservé au marché Japonais, ou alors à la niche de gamers occidentaux possédant une Saturn japonaise acquise en un temps où l’import depuis le japon était synonyme de « mieux ». Cette injustice vient d’être réparée avec ce remake sorti pour quelques malheureux points Microsoft, alors que sa version originale se négocie à plus de 200 francs sur les sites d’enchères. L’occasion de voir si le feu sacré anime toujours ce chantre du labeur videoludique.

Une certaine idée du jeu vidéo

radiant-silvergun-xbox-360-1306425658-002« Treasure Video Games ». Un nom qui sonne comme le messie pour les gamers ayant érigé le scoring et la persévérance au rang de vertu, mais craint plus encore qu’un épisode du dessin animé Pokémon par les épileptiques notoires. Une société pas comme les autres, s’évertuant à développer des jeux de niche, où l’écran regorge de mille et une animations simultanées, où les explosions se succèdent à une allure pouvant aller jusqu’à filer la migraine. Des spécialistes absolus du scoring élitiste, d’une relation masochiste entre un joueur tenté par une dernière tentative d’en venir aux mains avec le jeu avant de balancer sa manette par la fenêtre pour de bon. Radiant Silvergun semble quelque peu être le testament éternel de cette approche du jeu vidéo qui était la leur à la fin des années 90 et au début des années 2000.

Qu’est-ce donc que Radiant Silvergun doivent se demander les plus jeunes. Réponse, le symbole même du shoot’em up en scrolling vertical à l’ancienne, du jeu d’arcade où figurer au sommet du classement des points est une fierté indescriptible pour celui qui aura passé des heures à se battre avec la machine. Un style définitivement passé au second plan aujourd’hui, peut-être tout simplement parce que Treasure, avec ce Radiant Silvergun et plus tard Ikaruga, avait plus ou moins tué le genre en le poussant dans ses derniers retranchements. Mais pour ceux étant habitués à l’accessibilité immédiate des productions actuelles, la première rencontre avec Radiant Silvergun parait si austère qu’il se pourrait bien qu’elle soit la dernière.

Fouler une dernière fois la terre

Le principe est simple en apparence : un vaisseau d’une forme étrange que vous pilotez, 7 tirs différents à votre disposition, un scrolling vertical dont la mouvance reste constante du début à la fin du jeu (pour peu qu’on y arrive) et une petite poignée de vies à consommer avec modération. Entre vous et l’objectif visé, tout ce qui bouge, clignote ou explose vous veut du mal, veut votre peau coute que coute. Il va donc falloir se rendre à bon port en faisant avec, le choix n’est pas le vôtre. On apprécie au passage que cette version se soit enrichi d’une histoire un tout petit peu plus conséquente, avec notamment un superbe animé à la suite de l’écran titre pour poser le décors et nous narrer le pourquoi du comment. Une pierre mystérieuse a visiblement exterminé toute l’humanité alors que vous étiez pénard dans votre vaisseau spatial. Donc voilà, après une année d’errements, les vivres se font rares et il va donc falloir rentrer sur terre sous peine de souffrir de malnutrition chronique. Mais certains, on l’imagine bien, ne l’entendent pas de cette oreille.

L’intelligence dans cette histoire, qui ne reste quand même qu’une simple mais sympathique motivation à aller jusqu’au bout pour le joueur, c’est la narration elle-même qui effectue des sautes temporelles plutôt intéressantes. Flashbacks et retour au présent sont donc légion. Mais il est clair que l’histoire n’est de loin pas le point fort du titre. Son point fort, c’est naturellement son gameplay qui n’a pas pris une ride, et qui n’en prendra vraisemblablement d’ailleurs jamais, ne serait-ce qu’une petite.

La précision au scalpel

radiant-silvergun-xbox-360-1306425658-009Outre une jouabilité d’une précision chirurgicale et une fluidité de tous les instants, le jeu est l’exemple même du système de scoring pouvant rendre dingue n’importe quel narcissique des leaderboards. Les ennemis sont répartis en trois couleurs distinctes, ces bons vieux rouge, jaune et bleu toujours si efficaces, et le joueur a le choix. Il peut soit traverser les niveaux tel un bulldozer emportant tout sur son passage (pour le peu que vous en soyez capables), soit choisir minutieusement les ennemis à abattre afin de faire des chaines de combos. Chaque fois que vous détruisez trois ennemis d’une même couleur, cela augmente substantiellement vos points, mais dès que vous détruisez un ennemi d’une autre couleur, la chaine se rompt et vous repartez à zéro. La deuxième méthode vous rapporte infiniment plus de points, mais est naturellement bien plus difficile, puisque deux tiers des ennemis sont libres de vous allumer de toute part.

Les armes et leur utilisation sont également l’un des autres piliers du jeu. Au nombre de 7, celles-ci ont toutes leurs caractéristiques particulières (tir chargé, tir arrière, tirs à tête chercheuse, tirs en diagonale, etc.). Elles sont réparties en 3 catégories, et plus on utilise d’armes d’une catégorie, plus on les fait monter en expérience, un peu comme dans un RPG, et ainsi plus leurs pouvoir de destruction s’en retrouve boosté. Certains projectiles ennemis peuvent également être stoppés par votre « Radiant Sword » qui, lors d’une pression du bouton gâchette droit, va effectuer un  cercle autour du vaisseau et absorber les tirs, remplissant ainsi une barre d’énergie. Une fois remplie, celle-ci vous permet d’activer le « Radiant Silvergun » qui élimine à peu près tout ce qui se trouve à l’écran et qui n’est pas vous. Un système de jeu qui est à la fois simple comme bonjour, et terriblement efficace car votre scoring est ainsi plus ou moins perfectible à l’infini, et la précision des commandes permet au jeu de recevoir le label « Si tu meurs, c’est de ta faute… ».

La façon dont les niveaux sont construits autour des capacités du vaisseau et de ce que l’on peut en tirer, c’est là que Treasure a vraiment  sorti le grand jeu. Impossible de traverser le jeu en n’utilisant qu’un seul tir, ils seront tous mis à contribution à un moment ou à un autre. La disposition des ennemis tout comme les couloirs par lesquels il vous faudra naviguer sont calibrés au millimètre près sur les capacités de votre vaisseau, rendant chaque situation particulière. Une véritable leçon de level design, même 13 ans plus tard. Impressionnant.

L’élitisme comme vertu

radiant-silvergun-xbox-360-1308122107-022Mais dans Radiant Silvergun, le bonheur a un prix : celui de la persévérance. Car n’y allons pas par quatre chemins, le jeu va vous botter les fesses comme rarement un jeu ne vous les a bottées auparavant. Même en choisissant le niveau very easy, votre espérance de vie lors des premières parties n’excède pas les 5 minutes en mode normal, et pas les 30 secondes en mode histoire. C’est une qualité pour certains, mais un énorme défaut pour d’autres. La rigueur et la persévérance dont il faut faire preuve afin de progresser pas à pas dans le jeu sont à la limite du masochisme. Il faut jouer, voir, mémoriser, recommencer et mettre en pratique. Ereintant ou excitant, c’est selon. Le mode histoire encourage maladroitement le joueur à tenter et retenter sa chance en proposant 3 vies supplémentaires pour chaque heure passée à se faire botter les fesses. Mais durant la première heure, c’est 3 vies et pas une de plus. Il devient donc rapidement décourageant d’en découdre des heures durant juste pour pouvoir voir la fin du jeu. Radiant Silvergun est d’une austérité renversante, mais semble l’assumer complètement en proposant une sorte de rite de passage pour l’accès à un club élitiste de joueurs auquel on ne peut accéder qu’à la sueur de son front. Club composé de ceux qui sont simplement allés au bout du jeu et par la même occasion d’eux-mêmes.

Pourtant, c’est une espèce de relation amour-haine que l’on peut développer à l’égard de Radiant Silvergun. Amour car un gameplay et un level design d’une telle précision,  témoins d’une telle maitrise de la part des développeurs, peuvent facilement forcer le respect de l’amateur de jeux vidéo « à l’ancienne ». Haine car sa propension à l’élitisme et à la progression par le labeur peut aller jusqu’à l’écœurement, le genre de haine que l’on évacue sur le controller en espérant qu’il n’y ait personne en dessous de sa fenêtre lorsque celui-ci ira y faire un tour.

Un mot encore sur l’aspect audiovisuel qui, lui aussi, a bien résisté à l’épreuve du temps. Un léger lifting graphique a cependant été effectué, mais dans son cœur, Radiant Silvergun reste identique à la version Sega Saturn. Les musiques quant à elles, malgré leur côté répétitif, mettent bien en valeur cette tension permanente qui ne se relâche jamais lors des quelques minutes que l’on passe à se faire botter les fesses. Les voix japonaises sont les bienvenues et donnent un cachet exotique à l’ensemble qui fait plaisir à entendre. Bref, au niveau audiovisuel, c’est excellent. A noter qu’un mode deux joueurs en simultané est disponible, mais radiant Silvergun est le genre de défi que l’on préfère tellement relever seul, afin de se mesurer une dernière fois en tête à tête à sa grandeur éternelle.

En résumé :

13 ans après, on reste bouche bée devant la façon dont Treasure maitrise son sujet à la perfection. Totalement décomplexé, Radiant Silvergun reste un shoot’em up austère et élitiste. Mais il semble tellement bien l’assumer qu’il est forcément difficile de résister à son appel, pour peu que l’on ait une certaine affection pour ce qu’il représente. Etalant littéralement au visage du joueur son challenge scandaleusement relevé et sa difficulté à la limite du supportable, mais doté d’une telle précision, d’un tel sens de la récompense pour celui assez fou pour se plonger dans ses entrailles et en ressortir forcément épuisé et frustré, mais ravi, vaut bien ses 1200 points Microsoft. Autant certains y joueront 5 minutes seulement avant d’en être dégoutté, autant d’autres y joueront toute une vie en y retournant à chaque fois des étoiles plein les yeux. Radiant Silvergun est un exemple de ce que les jeux vidéo ne sont plus, ou ont cessé d’être, pour se tourner vers une approche plus ouverte et grand public. En quatre mots comme en mille : anachronique, déconcertant, élitiste et fascinant.

Mathieu Lanz 

 

+ Le gameplay, la précision au millimètre, le lifting graphique, enfin disponible en Europe!, le système de scoring, la difficulté gratifiante…
…ou déconcertante, terriblement élitiste, austère au premier abord, le système de vie du mode histoire

 

 

 

 

[tab:Fiche]
Type: Shoot’em up [xrrgroup] [xrr rating=4.5/5 label= »Graphismes: »] [xrr rating=4/5 label= »Bande Son: »] [xrr rating=5/5 label= »Jouabilité: »] [xrr rating=4/5 label= »Multi: »] [xrr rating=5/5 label= »Durée de vie/difficulté: »] [/xrrgroup]
Editeur: Treasure
Age/PEGI: 12+
Sortie: 14 septembre 2011
Multijoueurs: non
Plates-formes: Xbox Live
Testé sur: Xbox Live

 

 

 

[tab:Images] [nggallery id=93] [tab:Vidéo] [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=lfakyXCo_mY[/youtube] [tab:END]

A propos rivera

Voir aussi...

Iron Harvest célèbre son 2ème anniversaire avec du nouveau contenu

Pour célébrer le deuxième anniversaire du jeu, l’intégralité du mode World Map Campaign est désormais disponible gratuitement …

World War 3 est désormais disponible en bêta ouverte et devient free to play

World War 3 est désormais disponible en bêta ouverte, ce qui fait suite à sa phase …

Voici Taupikeau ! Un Pokémon inédit découvert à Paldea

Taupikeau Doté d’un odorat exceptionnellement fin, Taupikeau est capable de détecter des odeurs à plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code