Home / Games / Avis – Call of the wild : The Angler

Avis – Call of the wild : The Angler

Après s’être attaqué à la chasse en 2017 et proposer The Hunter : Call of the wild, une expérience en monde ouvert tout à fait correcte et très bien reçue par le publique, le studio Expansive Worlds réitère l’expérience cette fois en proposant une simulation de pêche. L’occasion cette fois pour les développeurs d’accentuer l’énorme travail effectué sur The Hunter tout en gommant les imperfections passées. Répondez à l’appel du monde sauvage et prouvez que vous êtes le meilleur pêcheur du monde.

Avant propos : Ce test à été réalisé sur PC ( Steam) AMD Ryzen 7 5800 H, 32 go, RTX 3070 et sera biento disponible sur consoles de salons.

Bienvenue dans la réserve de Golden Ridge, un monde fictif basé sur les grandes étendues sauvages du nord américain. Après un bref passage dans l’éditeur de personnage, nous voilà parti dans ce monde en quête du plus gros poisson à ferrer. Mais la route sera longue et il faudra s’armer de patience avant de vous hisser parmi les grands de la pêche en eau douce. Si le titre permet dès le début une totale liberté d’action aux joueurs, il est préférable de commencer à appréhender les mécaniques avec les premières quêtes, ce afin de comprendre les différents aspects techniques de pêches. Car oui The Angler tente une approche réaliste et il faudra composer avec tout un tas de méthodes de pêche. Surtout si vous n’êtes pas familiarisés avec cette activité. De ce fait les caractéristiques de votre canne, de votre moulinet et bien entendu de votre type de ligne sont très importantes, il en va de même pour les appâts et le type de pêche que vous voulez réaliser. Encore une fois, faire le didacticiel s’avère crucial, pour savoir hameçonner un poisson tout en faisant attention à la tension de ligne, du au comportement de votre prise tout en réglant votre frein. Bref l’ensemble peut faire peur la première fois mais à la longue vous allez devenir un maître de la pêche.

Bien entendu chaque poisson possède ses propres caractéristiques. Il ne suffit pas de lancer votre ligne et hop vous remontez votre plus belle prise. Il faut au préalable étudier votre proie, connaître son habitat, le type d’appâts ou de leurre à utiliser, mais aussi son comportement, trouvable en eau profonde ou en bordure de lac, l’heure à laquelle il est possible de le pêcher, etc… Encore une fois, The Angler demande un minimum de connaissance si vous ne voulez pas passer à côté de votre trophée. Heureusement, plus vous progressez, plus vous gagnerez de l’expérience et de l’argent pour améliorer votre équipement mais allez également découvrir différents spots de pêche grâce au divers objectifs disponible en jeu. Spots qu’il est possible de rejoindre en voiture mais également en bateau, possibilité appréciable au vu de l’aire de jeu disponible, tout en étant seul ou accompagné, puisqu’il est possible, tout comme ce fut le cas avec The hunter, de jouer avec 11 autres joueurs, afin de ne pas trouver le temps trop long entre deux prises.

En parlant d’aire de jeu, bien qu’il propose de base de quoi s’amuser, une seule et unique carte et 12 espèces, le jour de sa sortie, semble à la longue dommageable. Espérons que les ajouts par la suite ne demande pas trop d’effort pécuniaire sous peine de rapidement perdre sa communauté. Notez également que the Angler offre la possibilité de partir en balade et de découvrir divers panorama, et des collectibles sous formes de statues et de notes à trouver dans le monde.

Côté technique et graphique, cette nouvelle édition de Call of the wild tient dans l’ensemble toutes ses promesses. Le travail proposé par les développeurs sur l’environnement est magnifique surtout si vous avez la possibilité de pousser au maximum les différents effets graphiques, mais le titre retombe rapidement dans ses travers, avec des bugs assez grossiers, que ce soit au niveau des quêtes, du multijoueur, et des phases de pêche. S’ajoutent à cela quelques soucis sur l’aspect et la physique de certains éléments tels que l’eau ( un comble), la gestion de la résistance de certains poissons, des flotteurs qui coulent ou encore la gestion du lancer de votre ligne. La liste est encore longue mais sans réelle conséquence sur l’expérience et peut rapidement être corrigée par le studio. 

Pour ce deuxième Call of the wild, Expansive Worlds permet de redécouvrir la réserve de Golden Ridge grâce à une nouvelle activité, la pêche. The Angler offre pour l’occasion une expérience plaisante et agréable, que vous soyez novice ou connaisseur du monde de la pêche. Vous ne compterez pas vos heures de pêches tout en contemplant les magnifiques panorama que propose le titre, ceci dit, et encore une fois, Call of the wild The Angler tombe rapidement dans ses démons et propose un contenu assez léger mais également de grosses inégalités tant sur le plan technique que graphique. Espérons rapidement des mises à jour afin de rectifier le tir.

A propos cedric

Voir aussi...

Elden Ring, son réalisateur veut garder la tête froide

Déjà distingué par les joueurs et la presse, Elden Ring vient d’obtenir deux nouveaux prix le consacrant …

Quantum Summit 2022, ce qu’il faut en retenir

L’édition 2022 du Quantum Summit a permis à IBM d’annoncer des avancées importantes dans le …

The Last of Us: nouvelle bande-annonce pour la série

La série The Last of Us se dévoile un peu plus via une nouvelle bande-annonce. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *