Home / Games / Avis – FIFA 22

Avis – FIFA 22

Chaque année, c’est un peu la même histoire. Les fans du ballon rond attendent fébrilement l’arrivée du nouveau FIFA. FIFA 22 propose son lot de nouveautés, avec des plus et des moins que l’on a appréciés tout au long de cet avis que nous vous proposons aujourd’hui.

Seul en lice

Tandis que la guerre qui faisait rage chaque année entre FIFA et Pro Evolution Soccer passe aux oubliettes, ce dernier devenant le free-to-play eFootball, ce FIFA 22 perd cependant quelques plumes au passage. On note d’entrée 18 nations qui disparaissent de la circulation, dont la Suisse, ainsi que plusieurs clubs italiens. En lieu et place, on retrouve quelques ajouts, comme l’Ukraine, Boca Junior et River Plate, ainsi que quelques clubs européens habitués des coupes d’Europe. La ligue indienne fait son apparition, tandis que le plus gros ajout passe par de nouveaux stades, dont deux portugais, Estadio da Luz et Estadio Do Drago, ce qui devrait réjouir les fans de Benfica et Porto. Enfin, on note également la disparition à titre de commentateur de Pierre Menes, écarté suite à ses propos racistes, pour ne voir les matchs commentés exclusivement par Hervé Matoux. Ce n’est pas plus mal, d’autant que son vocabulaire et ses phrases sont enrichis, donnant au passage de bons commentaires en jeu.

Un FUT qui s’essouffle

FIFA Ultimate Team, s’il est bien de la partie, s’essouffle cette année, avec peu d’innovations. On retrouve en plus la progression en Division Rivals et FUT Champions. Pour le premier, on affronte des adversaires en ligne en commençant en division 10, avec une montée en puissance grâce à des victoires en atteignant des checkpoints. Quant à FUT Champions, il n’est plus accessible selon un nombre de victoires précis, mais un nombre de points qui augmente même si le joueur perd ou fait match nul. On pousse donc à la fidélité plutôt que sur la performance, tout cela sans ajout de nouveau mode, sauf la coopération en ligne en match amical. On se retrouve donc avec un FUT quasiment similaire à l’an dernier, qui souffre de la comparaison avec les modes similaires dans d’autres licences EA.

Un Clubs Pro bienvenu

Avec un nouveau mode multijoueur nommée Clubs Pro, où chacun joue un seul joueur sur le terrain, EA ajoute plusieurs mécaniques plaisantes. Le jeu peut être mixte, avec l’arrivée de la gent féminine, sans contrebalancement selon le genre. Une jolie ouverture d’esprit bien dans l’air du temps. De plus, le créateur de stade est ouvert aux fondateurs des équipes, sans oublier une progression individuelle bien plus lisible qu’auparavant. Ici, une barre d’expérience et un système de niveau font leur apparition, impliquant une note pour un match, permettant d’avancer, avec les statistiques offensives et défensives apportant un bonus d’XP. L’avatar obtient ainsi des points à répartir sur un arbre de compétences, ainsi qu’un atout. Ce dernier s’apparente à un avantage pendant un match qui pousse donc à jouer avec ses amis.

Le mode Carrière est toujours bien présent et très complet, proche du mode Clubs Pro lorsqu’on y incarne un joueur. Le système de progression est le même. La différence tient au mode d’obtention des points d’expérience, prenant place en des objectifs à remplir à l’entrée sur la pelouse. Une belle motivation en plus pour enchaîner les matchs.

Pour le mode Manager, la Carrière comprend un nouveau système de création de clubs, allant de la création du logo et des maillots aux caractéristiques et aspirations du club à court ou long terme, histoire de définir les objectifs de la saison. Tout y est paramétrable et cela augmente encore la durée de vie déjà très étoffée.

Du foot dans la rue avec VOLTA

Mis en avant il y a déjà quelques opus, Volta Football est le mode foot de rue de FIFA. Dans ce nouveau volet, EA mise le plus largement sur son online, tirant un trait sur le fil conducteur solo où l’on enchaînait les terrains du monde. En lieu et place de cela, c’est un enchaînement de matchs en ligne où on y incarne un joueur défiant des inconnus ou l’IA dans des mini-jeux typés arcade plutôt réussis. Malheureusement, il n’y a que peu à y gagner, tout au plus on pourra y gagner des vêtements ou améliorer son XP pour faire grimper son Pro. Un potentiel un peu sous-utilisé dans ce qui est le successeur de FIFA Street donc. Par contre, au niveau du gameplay, des mécaniques singulières sont de la partie. Plus on enchaîne les dribbles et gestes techniques, plus on remplit une jauge, permettant, à un certain niveau, de faire compter un goal à double et jusqu’à quadruple. Ici, on se base sur le spectacle plus que sur la simulation, avec des capacités à débloquer, permettant de tirer plus fort, de courir plus vite, etc.

De l’Hypermotion pour plus de réalisme

Pour ceux qui auront la chance de jouer à ce FIFA 22 sur les nouvelles consoles, PS5 et Xbox Series, l’intégration de l’Hypermotion est plus que bienvenue. De quoi apporter son lot de nouvelles animations balle au pied et plus de variété dans l’ensemble, grâce à une capture non plus individuelle des joueurs, mais directement à 11 contre 11 sur le terrain de foot. Autre nouveauté, une nouvelle physique de la balle, qui change la donne sur les longues passes ainsi que les centres tendus. Défensivement, la simulation est moins spectaculaire, tandis que les gardiens sont enfin mieux calibrés, même si la gestion de la profondeur est toujours favorable aux attaquants rapides.

Des nouveautés et des manquements

Avec quelques nouveautés et manquements, FIFA 22 s’avère globalement très bon. On appréciera encore plus d’y jouer sur une PS5 ou Xbox Series, tandis que les fans de la série ne devraient pas trop hésiter à se lancer dans ce nouveau volet. Un bon titre de foot qui enterre définitivement le nouveau free-to-play de Konami…

A propos rivera

Voir aussi...

Avis – Far Cry 6 pour la révolution on repassera

Après une petite pause bien méritée, la licence culte d’Ubisoft est enfin de retour sur …

Avis – Samsung Galaxy Z Flip 3

Samsung nous a proposé en test le Galaxy Z Flip 3, un smartphone pliable intéressant …

Hot Wheels Unleashed dévoile les packs Batman et DC Super Villains

A l’occasion du DC™ Kids Fandome, Milestone a dévoilé de nombreux contenus inédits pour Hot Wheels Unleashed. Le …

Un commentaire

  1. Bon test. La version ps5 est vraiment mieux que la PS4, il faut le dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code