Home / Games / Avis – The Last of Us part II Remastered

Avis – The Last of Us part II Remastered

Indispensable pour tout possesseur d’une console PlayStation, difficile aujourd’hui de présenter le phénomène mondial du studio Naughty Dog, puisque la franchise est devenue ultra-populaire en étant une des références dans le domaine du jeux-vidéo, mais également du petit écran grâce à la série du même nom. The Last of Us, part II, revient plus d’un an après l’excellent remake de TLOU rebaptisé au passage part I pour coller au mieux aux aventures de Joël et d’Ellie. Bien entendu, dans cet écrit, nous n’allons plus nous attarder sur l’apport de ce remastered entièrement dédié à la PlayStation 5 et ne pas refaire un test complet du titre.

Référence et déjà un monstre vidéoludique sur la PlayStation 4, ce remastered apporte un petit vent de fraîcheur aux graphismes avec son mode fidélité en 4K native. Plus fin, plus nette, un éclairage revu, de même pour la distance d’affichage, bref le travail fait sur ce remastered ne saute peut-être pas aux yeux au premier regard, mais au fils de l’aventure, on ressent globalement un petit gap qui permet d’accentuer l’immersion, mais surtout d’enrichir visuellement l’ensemble de l’œuvre. Le tout en trente images, sans oublier la possibilité de déverrouiller le framerate en activant l’option VRR grâce aux matériels adéquats. Bien entendu, pour les plus tatillons, le mode performance propose de vivre l’aventure en soixante images par seconde, voire plus si vous êtes une nouvelle fois bien équipée. 

Tout comme avec The Last of Us Part 1, les développeurs offrent la possibilité de passer en coulisses et de voir à travers diverses vidéos, options, commentaires les différentes étapes de développement de cette suite. Mieux, Naughty Dog laisse même découvrir et jouer aux niveaux perdus, composés de débauches des niveaux supprimés lors du développement de The Last of Us, l’ensemble accompagné de commentaires. Cette initiative permet de comprendre les différentes phases de développement d’un jeu et les choix faits postproduction pour offrir la meilleure expérience aux joueurs sur le produit final. L’ensemble est bien entendu sous-titré en français. Clairement destinées aux fans, les coulisses permettent de revivre l’expérience d’une manière différente.

Mais passons au vrai ajout de ce remastered, à savoir le mode sans retour. Destiné principalement à ceux ayant déjà terminé l’aventure principale, bien que rien ne vous empêche d’y jouer directement. Sans retour est un rogue like qui reprend toutes les mécaniques de survie et de parcours du titre principal. Dans ce mode, on progresse dans différents environnements de TLOU part 2, et l’objectif est de vous défaire d’une série d’ennemis et de finir le niveau par l’affrontement d’un boss. L’ensemble est généré aléatoirement, ce qui peut spoiler un ennemi ou un lieu de l’histoire principale. Bien entendu, qui dit rogue like dit progression à double tranchant. Soit, on réussit tous les objectifs et on progresse, soit on retourne à la case départ en perdant tout. De ce fait, avant de vous y aventurer, « Sans retour » demande de connaître au minimum à défaut de maîtriser les mécaniques de survie particulièrement mises en avant dans TLOU part 2. 

Ceci étant dit, comment ça se passe ? Avant de se lancer, il faut choisir son mode parmi trois propositions, standard, le mode classique, sans retour, disponible dès le début, personnalisé, à vous de choisir les règles et quotidienne. Ce dernier offre à tous les joueurs une tentative de faire ses preuves dans « sans retour » et de consulter un classement par la suite. Sorte de high score à l’ancienne, à défaut d’un vrai mode multijoueur en ligne. 

Bref, une fois votre mode sélectionné, vous devez choisir la difficulté parmi sept propositions, allant de très facile à réaliste en passant par personnalisé. Chaque mode offre bien entendu un bonus multiplicateur plus élevé. Ensuite vient le choix de votre personnage dans une sélection de dix personnages issus de l’aventure principale. Au début, seuls Ellie et Abby sont débloqués ; lors des phases de gameplay et de votre progression, divers défis devront être validés et permettront de débloquer de nouveaux personnages. Ici, chaque personnage possède un inventaire, un style de combat et des caractéristiques différentes, de quoi varier vos sessions.

Une fois la session lancée, on se retrouve dans une planque qui donne accès aux différentes missions à choisir parmi une sélection avec des embranchements et des modifications. À la fin de chaque mission réussie ou non, retour à la planque pour se préparer pour la suite. Craft, amélioration des compétences, achats de plans, d’armes… bref, tout ce qui faut pour monter en puissance et faire face au danger qui nous attend.

Encore une fois, à défaut d’un vrai mode multijoueur comme ce fut le cas pour la sortie de The Last of Us, premier du nom, Sans Retour fait tout de même son job et prolonge notre expérience dans cet univers, et honnêtement le mélange TLOU rogue like ainsi que le travail effectué par les développeurs pour rendre unique notre expérience marche vraiment bien. Même en n’étant pas adepte du style rogue like, je me suis laissé porter sans trop de mal dans « Sans Retour ».

Que dire de cette version de The Last of Us Part II ? Qu’il est et reste un indispensable, une expérience unique rarement vue dans le domaine. Un chef-d’œuvre. De plus, pour ceux possédant déjà la version PlayStation 4, ce remastered ne demandera que 10€ afin d’y jouer sur PlayStation 5, désolé, mais vous n’avez plus d’excuses. Pour autant, c’est une nouvelle fois un remastered… oui, c’est la mode, tout le monde veut sa part du gâteau, surtout au vu des coûts de développement monstrueux des jeux vidéo actuellement, mais on aimerait du renouveau, un The Last of Us Part III dans les tuyaux ?

Note : 4.5/5

A propos cedric

Voir aussi...

Apple, de nouveaux MacBook Air avec puces M3

Apple surprend à nouveau avec une mise à jour rapide de sa série MacBook Air, …

Apple ne restreindra pas les apps web en Europe

Apple a pris la décision de rétablir le support des Progressive Web Apps (PWA), également …

« Un animal sauvage » : le nouveau polar addictif de Joël Dicker

De retour avec « Un animal sauvage », Joël Dicker nous livre un polar addictif qui se …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *